La capitalisation des expériences en promotion de la santé

Logos de la SFSP et de la FNES (Fédération Nationale d'Éducation et de promotion de la Santé)

Le projet de Capitalisation des expériences en promotion de la santé est mené depuis 2017 par un Groupe de Travail national Capitalisation et coordonné par la Fédération Nationale d’Éducation et de Promotion de la Santé (FNES) et la Société Française de Santé Publique (SFSP).

Le projet s’inscrit dans l’initiative nationale InSPIRe-ID (Initiative en Santé Publique pour l’Interaction entre la Recherche, l’Intervention et la Décision), coordonnée par la Direction générale de la santé.

Son objectif : élaborer un dispositif national de partage de connaissances en santé publique.

Le Groupe de travail national Capitalisation est composé de représentant.e.s d’institutions, d’associations, de chercheurs et de personnes qualifiées.
Sont notamment membres :


Le récit en vidéo, de l’histoire de la construction de la démarche de capitalisation, par Christine Ferron, Déléguée générale de la FNES et Anne Laurent.

Présentation de la démarche CAPS par Christine Ferron

Le déploiement de la Capitalisation des expériences en promotion de la santé est mis en œuvre avec le soutien de la Direction générale de la santé et de Santé publique France.

Un dispositif national pour le déploiement de la Capitalisation des expériences en promotion de la santé

Le Portail CAPS s’inscrit dans le dispositif national de coordination de la capitalisation des expériences en promotion de la santé, co-piloté par la SFSP et la Fnes.

Concernant le Portail CAPS, un Comité éditorial a été spécifiquement mis en place pour veiller à :

  • la bonne adéquation du Portail avec les attentes des utilisatrices et utilisateurs
  • la qualité des productions partagées sur le Portail

Ce Comité éditorial est, pour la première année de fonctionnement du Portail, composé de membres du Groupe de travail national CAPS.

La capitalisation répond à la question du « Comment? »

Les données descriptives mises à la disposition des acteurs au sein des bases existantes sont riches d’informations mais ne permettent pas de répondre à la question du « Comment ? ». La capitalisation d’expériences permet d’y répondre à partir d’un recueil d’informations très détaillé auprès des acteurs et d’une analyse de celui-ci.

Elle a notamment pour objectifs de faire apparaitre les logiques à l’œuvre, de décrire finement les contextes, les savoirs issus de l’action et les stratégies déployées pour rendre opérationnelles des stratégies décrites comme efficaces dans la littérature.

La capitalisation répond à 4 grandes finalités

Une finalité pédagogiqueUne finalité informative
La capitalisation est un temps réflexif sur les pratiques. elle constitue un moment d’auto-formation.Elle est une condition nécessaire pour un partage de connaissances sur les projets et les stratégies dont il est utile de tirer des enseignements.
Une finalité stratégique et politiqueUne finalité scientifique
La capitalisation donne à voir notamment la déclinaison pratique de politiques nationales et locales de santé.Elle s’inscrit en complémentarité avec les données scientifiques de référence. Par la construction d’un panorama de pratiques existantes utiles à la recherche.

Transformer le savoir en connaissances partageables

La capitalisation des expériences produit des connaissances dont les acteurs pensent qu’elles sont utiles à partager à d’autres.

Grâce à un procédé qui s’inspire de méthodes de recherche en sciences sociales, la structuration synthétique du récit du porteur de projet éclaire et illustre une pratique. Elle ne débouche pas sur des recommandations mais tire des enseignements pour comprendre comment se déroulent les interventions et les rend tangibles et accessibles pour d’autres.

La capitalisation s’appuie sur une conception large des données probantes en promotion de la santé

Dans cette conception, une stratégie sera d’autant plus probante qu’elle associera des données issues de la recherche, des savoirs expérientiels, des données issues d’évaluations et de capitalisations, et des synthèses de connaissances ou des recommandations dites « de bonnes pratiques[1]».

Si les travaux de recherche éclairent l’impact d’un programme ou d’une action sur une population et contribuent à l’évolution des cadres et des modèles théoriques, ils n’informent que très partiellement sur la façon dont les acteurs de terrain ont élaboré et adapté leurs stratégies d’actions à leur contexte et à ses évolutions.

Le lien entre la capitalisation et la recherche

La capitalisation des expériences complète les données issues de la recherche et les bases existantes (base OSCAR Santé, Répertoire d’actions de France Assos Santé, etc.) à partir d’un recueil d’informations très détaillé auprès des acteurs – utilisant des méthodologies scientifiques : entretien, analyse documentaire, etc. – et d’une analyse de celui‑ci.

La capitalisation s’appuie sur un principe : les savoirs issus de l’expérience en promotion de la santé sont utiles à l’action, à la valorisation du champ et des acteurs de la promotion de la santé, à l’analyse des politiques en promotion de la santé.
Elle a pour objectifs de faire apparaître les logiques à l’œuvre, de décrire finement les contextes, les savoirs issus de l’action, les stratégies déployées pour rendre opérationnel ce qui est décrit comme efficace dans la littérature.
Elle vise ainsi à « transformer le savoir pratique en connaissance partageable. »

Une démarche pour l’ensemble des acteurs de la promotion de la santé

La capitalisation facilite l’accès à des données essentielles contextualisées et illustrées par des exemples pratiques, dans des environnements et auprès de publics‑cibles spécifiques. Elle favorise ainsi des choix éclairés de stratégies d’actions par les acteurs intervenant en prévention ou en promotion de la santé, et elle contribue à l’amélioration des pratiques.

La démarche de capitalisation d’expériences en promotion de la santé, en complément de la recherche interventionnelle, est une perspective prometteuse. Encore émergente dans notre secteur, elle valorise les connaissances issues de l’expérience et illustre les formes d’interventions possibles pour résoudre les problèmes de santé des populations.

Quelques ressources

PromoSanté Île-De-France Coproduire et partager pour développer la promotion de la santé

Page de ressources sur la capitalisation
Expériences en promotion de la santé

Cette page propose des ressources pour comprendre comment les savoirs issus de l’expérience des acteurs de terrain participent à l’élaboration d’un corpus de connaissances partageables sur les interventions en promotion de la santé. Elle renvoie aussi directement vers des récits d’expériences, descriptions de programmes, fiches-action, vidéos, etc…

Éducation Santé Votre revue de promotion de la santé

Article
La capitalisation d’expériences en promotion de la santé – Une méthode de production de connaissances expérientielles

La prise de décision et la pratique en prévention et promotion de la santé s’appuient sur une combinaison des connaissances issues de sources multiples. Les données issues de la littérature manquent de lisibilité sur les modalités d’intervention

Un article rédigé par Timothée Delescluse – Promotion Santé Normandie et Benjamin SOUDIER – Société Française de Santé Publique


[1] Villeval M. Définitions et enjeux autour de la transférabilité des interventions en promotion de la santé – Quelques éléments de cadrage. Dispositif régional de soutien aux politiques et aux interventions en prévention et promotion de la santé Auvergne‑Rhône‑Alpes. Ireps Auvergne‑Rhône‑Alpes, agence régionale de santé Auvergne‑Rhône‑Alpes, juin 2018 : 20 p. En ligne : http://www.apsytude.com/wp‑content/uploads/2015/08/Exemple‑PAP‑IREPS‑Juin‑2018.pdf